Cystite et infections urinaires

L’infection urinaire est une maladie qui peut toucher une ou plusieurs parties de l’appareil urinaire. C’est-à-dire les reins, les uretères, la vessie ou l’urètre. Cette infection se manifeste dans la plupart des cas par des douleurs ou des sensations de brûlure pendant l’émission de l’urine. Mais elle peut se manifester par des douleurs abdominales et même un peu de fièvre.

Connaître les fonctions de chaque partie du système urinaire

Pour pouvoir cerner l’infection urinaire et comprendre son fonctionnement, il faut avant tout se familiariser avec tout le système urinaire. Par exemple, les reins assurent la filtration du sang. Cette partie permet l’élimination des déchets et joue le rôle de régulateur des liquides corporels ainsi que la pression sanguine.

Les uretères permettent le passage de l’urine des reins à la vessie. Ce sont donc de petits canaux. Il y a également la vessie qui fait office de réservoir d’urine. Enfin, l’urètre est la partie qui conduit l’urine stockée dans la vessie à l’extérieur du corps humain.

Les différentes formes d’infection urinaire

La différenciation des formes d’infection urinaire se fait à partir de la localisation de l’infection dans le système urinaire. Nous pouvons distinguer trois types d’infection urinaire. Il y a d’abord la cystite infectieuse qui est la plus courante. Cette forme d’infection touche les femmes en général. Elle se localise sur la vessie. Sa principale cause est la prolifération de bactéries intestinales de type Escherichia coli. Cette sorte de bactérie passe de la région anale et vulvaire à la vessie.

Le deuxième type est l’urétrite infectieuse. Cette sorte d’infection urinaire touche l’urètre. D’où le nom urétrite. Quand on parle d’urétrite, il s’agit dans la grande majorité des cas d’infections sexuellement transmissibles. Elle est plus fréquente chez le sexe masculin. Nombreuses sont les causes. On peut l’attraper à cause de la chlamydia et le gonocoque. Ce sont les bactéries responsables de la gonorrhée. Chez l’homme, elle peut s’accompagner d’une prostatite.

La troisième forme est la pyélonéphrite. C’est l’infection la plus grave. La pyélonéphrite désigne l’inflammation dans la zone du bassinet. Le bassinet est la cavité du rein collectant les urines. Elle est généralement causée par une infection bactérienne. Cependant, il peut résulter de la complication d’une cystite mal traitée ou non traitée. Cela conduit à la remontée des bactéries de la vessie vers les reins. Elle est plus fréquente chez la femme et chez les enfants.

Les facteurs de risque des infections

Chez la femme, l’infection urinaire peut provenir des relations sexuelles surtout si celles-ci sont intenses et fréquentes après une période d’abstinence. D’ailleurs, on appelle ce phénomène la cystite de la lune de miel. Elle peut survenir de l’utilisation d’un diaphragme. Avec ce dispositif, l’urètre se trouve comprimé. Il empêche alors la vessie de se vider correctement et facilite ainsi les infections de la vessie.
S’essuyer de l’arrière vers l’avant après la selle est aussi un facteur à risque. C’est pourquoi il faut avoir l’habitude de s’essuyer de l’avant vers l’arrière afin de ne pas contaminer l’urètre avec des bactéries provenant de l’anus.