Le crédit à la consommation est indétrônable

2015 a vu le retour en force du crédit à la consommation avec 151,9 milliards d’euros d’encourt et 2016 confirme sa place de choix dans l’habitude de consommation des Français en particulier et des Européens en général.

Il y eut des années de vaches maigres comme on dit. La crise économique des années 2011 a été marquée par le renchérissement des taux d’intérêt.

Dès 2011, le crédit à la consommation voyait ses chiffres baisser. Avec une crise économique peu rassurante pour les emprunteurs, des taux d’intérêts élevés et une assurance emprunteur très lourde. Un ralentissement des emprunts a été enregistré entre 2013 et 2014.

Crédit à la consommation sans justificatif très en vue

Depuis que la Banque Centrale Européenne a révisé à la baisse en 2015 ses taux directeurs pour relancer les investissements, le mécanisme de prêt a retrouvé ses beaux jours. L’année dernière, en moyenne, un ménage a contracté pour 5400 euros de crédit à la consommation. Le plus en vue est sans conteste le crédit à la consommation sans justificatif.

Ce type de prêt est destiné aux projets qualifiés de personnel et il est conçus pour les besoins de ménages liés au quotidien. L’emprunteur fait sa demande généralement en ligne.

Des emprunteurs mieux informés

Plus d’une dizaine de lois ont été adoptées en 10 ans en France. Cela a remodelé le paysage du crédit à la consommation.

Le comportement des consommateurs a beaucoup évolué. Ils comprennent mieux le mécanisme et sont conscients du danger du surendettement qui a secoué le populaire crédit renouvelable.

L’encadrement technique est plus fourni et intense grâce à l’Internet. Plusieurs sites de crédit ont été créés, notamment les simulateurs de crédit en ligne comme ce site. L’emprunt se rapproche du public. Il est plus simple.

Loi Lagarde et loi Hamon décisives

Les prêts amortissables sont devenus séduisants avec la baisse continuelle des taux d’intérêt. En moyenne, 1,5%, pour le taux le plus bas cette année contre 6% en 2012.

La loi Lagarde et la loi Hamon en 2014, ont été décisives dans la protection des emprunteurs à cause de l’obligation de renseignements avant toute signature de contrat de crédit à la consommation.

Cela se présente sous la forme d’une fiche standardisée qui énumère de manière exhaustive tous les éléments et les caractéristiques du prêt. Cela permet de comparer toutes les offres et de négocier le meilleur prêt.

Séduisant crédit à la consommation rapide

Sur ce document précontractuel figurent l’identité de l’organisme de crédit; les types de prêt proposés, le montant, la durée, les mensualités, le coût total du crédit, le Taux annuel effectif Global (TAEG) ; le coût réel de l’assurance- emprunteur qui est facultative.

La fiche fait était des pénalités en cas de non remboursement, du délai de rétractation de 14 jours, du délai minimal de réflexion, et de la durée de la validité de l’offre.

La loi encourage la concurrence des prêteurs au profit de l’emprunteur qui a la possibilité de simuler en ligne sa demande de crédit à la consommation rapide en toute indépendance.