L’offshore pour mieux concrétiser son projet entrepreneurial, une réalité

Pour une entreprise, élargir ses activités vers un autre pays, une autre zone économique, a toujours été une opportunité. Mais peut-être que les jeunes entrepreneurs peuvent directement commencer par là en adoptant les bonnes pratiques.

L’offshore est l’une des voies les plus simples pour créer sa société. Qui plus est, avec le niveau des prélèvements fiscaux qui ne cesse d’augmenter et les coûts de production qui deviennent de plus en plus chers en Europe, le moment est certainement venu de s’orienter vers d’autres destinations.

La domiciliation

La domiciliation est surtout pratiquée par les structures qui disposent déjà d’une clientèle bien définie à l’international comme en Angleterre par exemple. Cependant, on oublie parfois, qu’elle peut être adoptée dès la création d’une structure.

À ce niveau, cette méthode née de l’offshore va permettre à l’entrepreneur de réduire les dépenses liées à son projet. Cette technique tient, en effet, compte du régime fiscal ainsi que de la situation économique et des démarches à prévoir concernant la destination choisie.

La domiciliation est généralement effectuée par un organisme ou un prestataire local qui propose une formule « clé en main » incluant la recherche d’un local, le choix de la forme juridique ainsi que la réalisation des différentes formalités et la présentation des avantages fiscaux.

Parmi les destinations les plus recommandées pour un projet de domiciliation, vous avez en tête de liste Chypre, l’Île Maurice et Hong Kong.

Les avantages de créer une entreprise offshore

L’offshore est avant tout une technique d’optimisation fiscale appliquée en dehors du territoire du pays d’origine de la société. Il ne s’agit en aucun cas de pratique illégale telle que la fraude ou l’évasion fiscale. Cette méthode légale va permettre, en premier lieu, à la future structure de réduire sa charge fiscale.

En s’implantant dans des pays tels que Singapour, Dubaï ou Hong Kong, l’entreprise bénéficie d’une réduction ou d’une exonération d’impôts sur les bénéfices ainsi que sur les dividendes. Et puis, il y a l’anonymat. L’un des grands principes de la création de société dans ces destinations est la protection de l’identité des actionnaires dans toutes les activités incluant les opérations bancaires.