Les taux de prêts immobiliers les plus bas sur 20 ans

Le précédent record historique des taux les plus petits affichés sur le marché immobilier en mai 2015 vient d’être battu par un autre de… 2,20% le 15 février 2016. C’est selon Meilleurtaux.com pour des prêts d’une durée de 20 ans. Les analystes prévoient ainsi « une ruée » des clients pour contracter, renégocier voire racheter des crédits immobiliers.

Avantages liés à cette baisse des taux

Il est clair que d’autres établissements de crédit vont suivre ce rythme d’ici peu pour séduire encore plus les acquéreurs de biens immobiliers qui, suite à cette baisse, peuvent autant sentir :

  • Une hausse de leur pouvoir d’achat. Preuve ? Le Crédit foncier a estimé que la baisse des taux du prêt immobilier de 5,07% à 2,23% (dernier plancher) entre 2008 et 2015 a induit une hausse de 25% des pouvoirs d’achat des ménages.
  • Une amélioration de leur capacité d’endettement. En bénéficiant d’une hausse de pouvoir d’achat, les ménages vont sentir leur situation économique s’améliorer et ainsi la règle de 33% respecter. Par exemple, si en fin 2013, seulement les foyers gagnant 2 550 euros par mois peuvent emprunter un crédit immobilier de 150 000 euros avec un taux moyen de 3,08% (mensualité de 838 euros) ; avec ce taux le plus bas historique, les familles qui ont une ressource mensuelle de 2 400 euros peuvent en bénéficier (mensualité devenant 773 euros).
  • Un besoin de renégocier ou de racheter leurs crédits. Pour ceux qui songent à entamer une telle opération, les spécialistes soulignent que ces opérations sont opportunes à condition que « le taux d’origine soit supérieur à 3,20% ». Autrement dit, pour espérer trouver plus de rentabilité, il fallait que l’écart entre le taux d’origine et le nouveau taux soit inférieur ou égal à 1%.

Restez vigilant en renégociant son prêt immobilier

Meilleurtaux.com veut, toutefois, avertir les emprunteurs même si le contexte paraît séduisant de se méfier des pièges possibles de la renégociation des prêts immobiliers en :

  • Ne s’affairant qu’à un établissement financier réputé.
  • Ne procédant pas à un allongement des échéanciers.
  • Ne se méfiant que des accords de non-concurrences officieux.
  • N’omettant pas de bien vérifier le type de crédit.