Les voitures smatphone sur le marché bientôt

La voiture connectée, c’est-à-dire, disposant en permanence d’une connexion internet sera probablement sur le marché  entre 2020 et 2030 selon les spécialistes. Il s’agit d’une voiture smartphone en quelque sorte  disposant de toutes les fonctionnalités informatiques.

Toutes les données concernent la vitesse, le trajet, la gestion des imprévus et des conditions météorologiques, le profil du conducteur, la sécurité contre  les hackers, la fiabilité du réseau GSM dans tous les pays.

Les consommateurs ne disent pas non

La première question est de savoir la réactivité des consommateurs. De ce côté, il n’y a rien à craindre car s apparemment, les consommateurs attendent de voir la faisabilité et la rentabilité d’un tel véhicule. L’enjeu est la protection des renseignements car un tel véhicule est de pointe les informations sont tenues être confidentielles. 83% des personnes interrogés s’en inquiètent mais 47% des conducteurs se disent disposés à garder le secret des données.

En tout cas, le débat n’est pas utopique. Les prémices font leur apparition sous forme de voitures autonomes. C’est à dire sans chauffeur bien que pour le moment, un chauffeur est encore requis pour assister la conduite en cas d’imprévus en chemin.

Place aux voitures autonomes en attendant

La loi européenne en général et la loi française s’adaptent petit à petit aux voitures autonomes gérées par de nombreux capteurs. Nous sommes encore en période de test mais de quelques jolies voitures autonomes circulent sur routes européennes

Les Google cars ne sortent de la fiction. Ils sont en stade d’expérimentation. Leur production à grande échelle ne figure pas encore dans l’agenda des constructeurs automobiles. En France, ce projet était en phase de conception depuis 1990.

L’idée est travaillée chez Sagem, PSA Peugeot Citroën et Valeo ou INRIA. Et si les freins sont encore nombreux tant au niveau technique que législatif.

Tout repose sur la législation

Fabriqués par Google, ces voitures sont en circulation en Californie actuellement. Tout dépend de la législation. Cependant, la transition énergétique adoptée par l’UE va encourager la construction de voitures autonomes qui, certainement, bouleverser le marché automobile.

La Convention de Vienne interdit en Europe les véhicules sans conducteurs et qui roulent. Cette disposition sera amendée sans aucun doute. En France, pour les tests, il faut l’accord de Vedecom, un institut dédié automobile autonome connectée. Cet institut a été créé en vue de ces nouveaux enjeux technologiques pour une France industrielle.